La grossesse et la maternité font partie des fonctions suprêmes des femmes. Le processus de procréation, dans la plupart de ses étapes, reste la responsabilité de la femme qui porte son futur bébé pendant 9 mois, lui donne naissance et le nourrit de son lait qui lui est très bénéfique. C’est pourquoi il est très difficile de compenser le rôle de la mère quoi qu’il arrive.

Scientifiquement, la grossesse représente la deuxième étape du processus de la reproduction. Elle est précédée par la fécondation et la nidation, c’est-à-dire, lorsque l’œuf fécondé s’implante dans l’utérus et commence le processus de développement fœtal qu’on appelle la période de grossesse.

Cette période est généralement de neuf mois au cours desquels le fœtus se développe en se nourrissant à travers le cordon ombilical qui le relie à sa mère.

Grossesse gynécologue Tunisie

Les signes de la grossesse et leurs difficultés

Pendant ces neuf mois, le corps de la femme devient en grande partie sujet à des modifications physiologiques et hormonales clairement identifiables, telles que l’arrêt des cycles menstruels, l’augmentation de la taille des seins, qui annoncent le début des diverses manifestations de la grossesse ainsi que l’augmentation de la taille du ventre.

Ces changements physiologiques peuvent être agréables pour certaines femmes et désagréables pour d’autres, tout dépend des signes pouvant accompagner leur grossesse.

Certaines femmes doivent séjourner à l’hôpital ou garder le lit pour éviter l’accouchement prématuré ou les complications pendant la grossesse et au moment de la naissance.

Ces changements physiologiques peuvent être agréables pour certaines femmes et désagréables pour d’autres, en fonction de la situation et des symptômes pouvant accompagner leur grossesse. Dans certains cas difficiles (grossesse difficile), les femmes peuvent être obligées de rester à l’hôpital ou au lit de façon permanente pour éviter des complications pendant la grossesse. Ou naissance prématurée.

Les étapes de base d’une grossesse

Les soins médicaux et de précaution doivent être doublés pour les femmes enceintes ayant atteint la fin du sixième ou septième mois avec un faible volume de liquide amniotique. Il en va de même pour les femmes ayant subi une excrétion du sac embryonnaire avec quelques saignements. Vu la difficulté de ces cas, les médecins les considèrent comme des grossesses à risque qui nécessitent un contrôle particulier en comparaison avec les grossesses normales

En arrivant aux derniers stades de la grossesse, l’examen gynécologique chez un gynécologue Tunisie devient mensuel ou hebdomadaire dans certains cas précis. Certains tests seront aussi effectués, notamment les échographies morphologiques, qui, dans certains pays, seront refaites un certain nombre fois. Pour certains médecins, un troisième échographe est également nécessaire. Ces tests radiologiques permettent d’appuyer les examens gynécologiques directs et fournissent une évaluation complète et exhaustive de l’état de santé de la mère et de son fœtus.

La chirurgie gynécologique

La Tunisie est classée aujourd’hui parmi les pays arabes les plus développés et les plus distingués dans le domaine médical en général et dans le domaine de la gynécologie et obstétrique en particulier.

Ces dernières années, la Tunisie a réalisé des progrès considérables dans certaines disciplines qui ont soutenu la gynécologie par des outils et des méthodes modernes. De ce fait, la chirurgie obstétrique et gynécologique a été fortement influencée par les méthodes de procréation médicalement assistée (fécondation in vitro), l’imagerie médicale (notamment la radiologie, les ultrasons, la résonance magnétique, etc.), l’injection épidurale (pour éviter les douleurs de l’accouchement) etc.

Aujourd’hui, la période de la grossesse et de l’accouchement n’est plus une expérience difficile que les femmes craignent profondément. Bien au contraire, aujourd’hui, il est devenu possible de rejoindre dans la salle d’accouchement en toute confiance. En effet, les femmes enceintes sont convaincues que tout ira bien, surtout si leur situation n’est pas compliquée. Cela est possible si la future maman suit les conseils de son médecin à la lettre et évite toute sorte d’interdictions.